Les séances

 

La psychothérapie est une démarche de travail psychique. Elle se déroule en face à face. Elle a souvent comme point de départ un mal-être, un symptôme, et plus généralement, des difficultés à vivre. Elle se  poursuit si le désir est là de trouver en soi des réponses à des questionnements, généralement à propos des difficultés rencontrées dans les différents aspects de sa vie. Le but de la psychothérapie est d’acquérir une liberté intérieure, de se défaire de ce qui fait entrave. Le Psychothérapeute est quelqu'un qui est formé pour accueillir et aider à résoudre ces problèmes de souffrance-là.

La psychothérapie en face à face propose un étayage des regards et la perception de la présence corporelle du thérapeute, de ses mouvements et réactions. La mise au travail psychique se fait avec cette présence bienveillante.

Une Psychothérapie est un "travail". C'est un "travail", parce qu'on va "oeuvrer" en soi-même.

 Il existe plusieurs formes de psychothérapie suivant la formation du psychothérapeute et sa sensibilité. Mon approche est psychanalytique. Elle est définie par des règles fondamentales au déploiement du processus analytique. La première qui vous incombe, est celle de « la libre association »*. Les autres, du côté du psychothérapeute, sont celles de la prise en compte de l'inconscient et de la neutralité bienveillante. Elles ont pour but de faciliter le déroulement des idées, même celles qui paraissent gênantes ou farfelues car elles peuvent mener à une vérité ignorée. Elles sont aussi le meilleur moyen de respecter ce que vous êtes prêt à aborder et de suivre le chemin qui mène à l'origine de votre souffrance et à des prises de consciences libératrices. 

Sa durée ne peut être définie à l’avance, aucune psychothérapie ne ressemble à une autre et c’est bien cela qui en fait toute la richesse. Lorsque le processus est engagé, « il va son chemin ». Je vous accompagne et soutiens, notamment par des interprétations et des interventions. Les interprétations ne sont pas tirées d’une grille de décodage ou de correspondance "cause-effet", ni données comme des vérités. Elles sont formulées comme des ouvertures possibles à une découverte capitale quant au symptôme dont on se plaint.  

Dans le respect de votre rythme et de votre subjectivité, je m'implique à accompagner votre travail psychique. Il m'arrive de parler, ponctuer, soutenir ce qui s'énonce, pour guider, encourager votre travail ou lorsque le silence est mal reçu ou trop angoissant. Dans ce cadre, il est offert de faire l'expérience d'une écoute nouvelle de vous même, d'une présence silencieuse pouvant être soutenante, contenante. Le silence ici est l'antinomie de l'indifference, de l'abandon. La fonction du silence du thérapeute est de vous permettre de faire connaissance avec ce qui vous échappe, de laisser vos propres mots faire le travail.

J'ai pour éthique de respecter l’autonomie de celui ou celle qui vient me consulter et de garantir le secret de ce qui s'énonce en séance.

Veuillez noter que les consultations ne sont pas remboursées. A cela plusieurs raisons contribuant à la spécificité de la psychothérapie: le psychologue et ou le psychothérapeute ne délivre pas de feuille de maladie. De plus, la sécurité sociale ne rembourse pas les séances des psychologues, psychothérapeutes ou psychanalystes. De plus l'argent n'est pas neutre en thérapie où il s'agit de "se prendre en charge". Le sentiment que cela coûte peut conduire par ailleurs à vaincre des résistances qui cherchent la répétition des symptômes.

Au nom de ce principe, dans mon cabinet, les tarifs s'adaptent à la réalité des ressources des personnes qui souhaitent s'engager dans un processus psychothérapeutique.

 

 

                                                           Céline Dubrocq

                                                                                                                                  

 

 

*l'association libre: il s'agit de dire non pas n’importe quoi, mais  dire ce qui vient tout cru à l’esprit, sans jugement, sans calcul - un travail de rêve en somme.

 

En page 2, vous trouverez quelques indications sur les psychothérapies avec un enfant et les consultations psychologiques pour un enfant.                                                                                                                           

  

 

 

Comment se déroule une psychothérapie avec un enfant ?

La psychothérapie avec un enfant ou les consultations psychologiques pour un enfant diffèrent de celles d'avec un adulte en ce que l'enfant est dans une situation de plus grande dépendance par rapport à son entourage familial et que c'est un être en construction. Il n'est pas possible de fixer à l'avance le nombre de rencontre car le rythme d'un enfant est singulier et c'est le psychologue qui s'adapte au rythme psychique de l'enfant et non l'inverse.

Je reçois toujours dans un premier temps, l'enfant et ses deux parents, avant éventuellement, de le recevoir seul. Le soutien et l’appui des parents est capital pour un enfant, pour qu’un travail thérapeutique puisse être productif. Tout au long du processus, il peut s'avérer qu'à certain moment la présence d'un ou de deux parents soit indispensable.

Je suis attentive aux enjeux intersubjectifs de la rencontre avec un psychologue et à l'histoire familiale telle qu'elle est vécue. Les séances visent à mettre au jour les enjeux psychiques et relationnels des symptômes de l'enfant ou de ce qu'il donne à voir dans ses comportements et qui ont retenu l'attention de l'adulte qui vient consulter pour lui. 

Je ne reçois jamais un enfant sans son adhésion, il doit en percevoir rapidement un bénéfice et y trouver l'occasion d'y exprimer ses propres difficultés, souffrances et questions.

Dans les cas où, les entretiens individuels avec l'enfant constituent un cadre propice au travail psychique:

j'explique à l'enfant que je suis soumise au secret professionnel et que rien de ce qu'il dira ou fera ici ne sera répété à l'extérieur, dit à une quelconque personne, même ses parents, sans son accord. Je lui explique que, lui est en droit de dire tout ce qu'il souhaite, à qui il le souhaite, de ce qu'il se passe ici.

Les parents ne sont pas exclus du processus et bien souvent, l'enfant parlera de lui même (verbalement ou par des changements de comportement).  

Il est, de plus, important que nous entretenions un dialogue afin : 

-d’être tenue informée des éventuels changements notables dans le comportement de l’enfant;

-d’être informée par les parents des évènements importants qui ont marqué et/ou marquent la vie de l’enfant;

-d’informer quant aux avancées de la thérapie;

-d’accompagner voire soutenir, les parents perturbés par les troubles d’un enfant. 

 

Les enfants n’utilisent pas le langage de la même manière que les adultes pour s’exprimer. L’enfant bouge, s’immobilise, joue. C’est par le jeu, le dessin, les échanges plus informels qu’ils expriment leurs difficultés, leur souffrance, leur monde psychique interne.  Il est primordial de respecter et d'accueillir ses modes expressifs. Je mets à  disposition : des jouets, de la pâte à modeler, des feutres et du papier. Les manifestations et les productions de l’enfant sont « parlantes », signifiantes. Elles mettent en scène ce qui préoccupe l’enfant psychiquement. 

 

Si nous convenons d'un rendez-vous pour votre enfant, je vous invite, si vous le pouvez, à lui expliquer le sens de votre démarche. Vous pouvez lui expliquer pourquoi vous pensez qu'il peut avoir besoin d'un psychologue.

Si vous cherchez comment lui présenter ce qu'est un psychologue, vous pouvez lui dire à peu près ceci: 

"Un psychologue est une personne dont le métier est d’aider un enfant ou un adulte à aller mieux, quand quelque chose fait souffrir/fait de la peine/fait qu'on se sent triste.  Ce qui rend triste c'est souvent ce qui est compliqué à comprendre. Cette personne est d'accord pour te voir. "

Vous pouvez lui indiquer qu'un psychologue n'est pas là pour juger/gronder; qu'il n'est pas là pour éduquer les enfants/ pour expliquer ce qu'il faut faire, ça c'est le rôle des parents, mais que c'est quelqu'un qui aide à comprendre ce qui ne va pas, les raisons qui font souffrir/avoir des soucis. Et que vous serez là vous aussi pour l'aider/que vous souhaitez vous aussi mieux comprendre ce qui ne va pas pour lui/ou dans ses relations.

 

 

                                                                       Céline Dubrocq